mardi 1 mai 2018

La vie poétique des arbres

40.
Je voudrais dire mon grand amour des arbres. Je sais, les jonquilles sont jalouses.
Les arbres d'Armelle Leclercq est un enchantement, une promenade dans les bois ou auprès des arbres des villes.
Ce recueil de 500 petits paragraphes, d'une ou deux phrases, trois au maximum, nous plonge dans la vie poétique de ces grands végétaux.
Numérotés de 1 à 500, ces fragments se suivent comme de courts chapitres, poèmes, pensées, aphorismes... — comme des surprises toujours — et peuvent être lus et médités indépendamment.  
114.
Depuis toujours, le mimosa fait dans la dentelle.
Les arbres n'ont (presque) aucun secret pour Armelle Leclercq. Elle pose sur eux un regard plein de tendresse, d'humour, d'admiration et de poésie, tout naturellement.
Tout y passe, comme autant de points de vue : jeux sur les noms des espèces, symboles, rôles et usages, projections anthropomorphiques, questions enfantines, réflexions naïves ou écologiques ou philosophiques...
175.
L'arbre à palabres, on lui casse quand même un peu les oreilles.
302.
Ne croyez jamais quelqu'un qui vous dit qu'il a commencé à parler avec un arbre. C'est toujours l'arbre qui commence.
445.
Avec leurs cimes comme des pointes de stylo-plume, les sapins essaient d'écrire sur le ciel.
Éditions Le corridor bleu, 2016, 96 pages.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire